Partager une passion

Articles marqués “vitesse

Suggestions pour la prise de photos d’un bébé naissant.

Skyler one

Je vous présente « Skyler ». Au moment de prendre cette photo, il avait à peine 6 heures de vécu. Va sans dire que lors de la première visite à l’hôpital, son grand-père avait son appareil avec lui.

La première considération à prendre, c’est l’éclairage. Il n’était pas question pour moi d’utiliser mon flash, même en lumière réfléchie. Je compte alors sur la lumière naturelle venant de la fenêtre. Comme vous pouvez le constater, elle vient d’en arrière un peu à gauche dans la photo.

C’est le facteur de base qui va déterminer toutes les autres actions mises en place pour la photo. Je n’ai pas emmené de trépied car je prévoyais un espace restreint dans la chambre. J’aurais pu utiliser un monopod mais je ne voulais pas m’encombrer.

Étant donné que je vais prendre des photos en tenant mon appareil dans mes mains, j’applique la règle de la vitesse minimale pour ce genre de prise de vue à 1/60 secondes. Reste maintenant à déterminer mon ouverture.

Pour un look professionnel, on veut brouiller l’arrière-plan de notre photo en utilisant la plus grande ouverture possible. La lentille que j’ai utilisée avait une ouverture de f4 avec mon zoom. J’en profite pour vous rappeler que plus le chiffre ‘f’ est petit, plus l’ouverture est grande. Et plus l’ouverture est grande, plus l’arrière-plan est flou.

Dans mon cas, la photo était trop sombre pour l’effet de lumière naturelle que je voulais conserver. Il m’a donc fallu augmenter la sensibilité du capteur (ISO) à 640 et une ouverture qui s’est retrouvée à f5.6. J’aurais pu prendre en considération que des ajustements peuvent être faits en post-production, mais je voulais vraiment maximiser l’effet naturel.

Le résultat est celui que vous voyez. La mise au point c’est l’œil droit. On voit bien les détails du nez et des lèvres. L’œil gauche est dans l’ombre et la couverture qui l’enveloppe est floue. Je suis éloigné un peu et fait un rapproché pour cadrer que son visage.

Un autre secret est que dans cette séquence, j’ai pris une dizaine de photos et c’est celle que j’ai retenue où les yeux sont légèrement entrouverts et l’éclairage juste à point. C’est du digital, on efface ce qui est pas bon.

 

Bonnes photos.

Si vous avez des questions photos, ne vous gênez pas en utilisant les commentaires.

Advertisements

Comprendre le triangle d’exposition d’une photo : une métaphore.

IMG_6902fb

Il existe trois éléments dans la prise de photo qui agissent directement sur le résultat. Ils sont en liens l’un avec l’autre et déterminent les facteurs qui influencent ce résultat. Ces éléments sont:

ISO qui est la mesure utilisée pour déterminer la sensibilité à la lumière du capteur de votre appareil. Ceux-ci commencent à 100 et sont doublés à chaque incrément (200-400-800-etc).

Ouverture qui est la mesure de l’iris utilisée par la lentille connue par la codification f suivi d’un chiffre. Plus le chiffre est petit, plus l’ouverture de l’iris est grande.

Vitesse qui détermine le temps que l’obturateur demeurera ouvert pour la prise de photo. Elle se mesure le plus souvent en fractions de seconde (1/2000-1/500 etc.) et exceptionnellement en secondes pleines.

C’est à l’intersection de ces trois éléments qu’est mesurée l’exposition par le capteur. L’important est de comprendre qu’en modifiant l’un ou l’autre de ces éléments, il y a une influence sur les autres éléments afin de conserver la balance dans le résultat photographique.

Ainsi à partir d’une photo prise, si je change l’ouverture de celle-ci j’aurai à modifier un des autres éléments pour obtenir le même résultat. Mais le tout s’explique via la métaphore suivante :

Imaginez une fenêtre avec des persiennes qui s’ouvrent et qui se ferment. C’est votre appareil.

La fenêtre c’est l’ouverture. Plus la fenêtre est grande, plus elle laisse passer  la lumière et plus la pièce est éclairée.

Les persiennes représentent la vitesse. Plus vous les laisser ouvertes, plus la lumière entre dans la pièce.

Imaginez maintenant que vous êtes au milieu de cette pièce  que vous portez des lunettes fumées. Vos yeux sont désensibilisés à l’intensité de la lumière. C’est un peu comme si vous aviez un iso très bas.

Plusieurs façons existent maintenant pour donner l’impression qu’il y a plus de lumière dans la pièce. On peut garder les persiennes ouvertes plus longtemps (réduire la vitesse), avoir une fenêtre plus grande (augmenter l’ouverture) ou enlever les lunettes (augmenter la valeur iso).

ISO qui est la mesure utilisée pour déterminer la sensibilité à la lumière du capteur de votre appareil. Ceux-ci commencent à 100 et sont doublés à chaque incrément (200-400-800-etc).

Ouverture qui est la mesure de l’iris utilisée par la lentille connue par la codification f suivi d’un chiffre. Plus le chiffre est petit, plus l’ouverture de l’iris est grande.

Vitesse qui détermine le temps que l’obturateur demeurera ouvert pour la prise de photo. Elle se mesure le plus souvent en fractions de seconde (1/2000-1/500 etc.) et exceptionnellement en secondes pleines.

C’est à l’intersection de ces trois éléments qu’est mesurée l’exposition par le capteur. L’important est de comprendre qu’en modifiant l’un ou l’autre de ces éléments, il y a une influence sur les autres éléments afin de conserver la balance dans le résultat photographique.

Ainsi à partir d’une photo prise, si je change l’ouverture de celle-ci j’aurai à modifier un des autres éléments pour obtenir le même résultat. Mais le tout s’explique via la métaphore suivante :

Imaginez une fenêtre avec des persiennes qui s’ouvrent et qui se ferment. C’est votre appareil.

La fenêtre c’est l’ouverture. Plus la fenêtre est grande, plus elle laisse passer  la lumière et plus la pièce est éclairée.

Les persiennes représentent la vitesse. Plus vous les laisser ouvertes, plus la lumière entre dans la pièce.

Imaginez maintenant que vous êtes au milieu de cette pièce  que vous portez des lunettes fumées. Vos yeux sont désensibilisés à l’intensité de la lumière. C’est un peu comme si vous aviez un iso très bas.

Plusieurs façons existent maintenant pour donner l’impression qu’il y a plus de lumière dans la pièce. On peut garder les persiennes ouvertes plus longtemps (réduire la vitesse), avoir une fenêtre plus grande (augmenter l’ouverture) ou enlever les lunettes (augmenter la valeur ISO).


Fond d’écran pour juin 2015

Jeux QC 001tif copy

Cette photo fût prise lors des Jeux du Québec 2014 tenus à Longeueuil. Elle incorpore plusieurs éléments qui sont discutés sur ce blog. De plus, elle reflète comment on peut utiliser nos talents à bon essain en faisant du bénévolat.

Plusieurs facteurs ont permis à la réalisatioon de cette photo. Le premier étant l’élément fond de champ. Il fallait pour moi, que les joueurs et la balle soient dans le même champ de mise au point. L’autre facteur étant la vitesse afin de figer dans le temps,toutes les actions prises incluant la balle. La synchronisation ajoute à l’ambiance et ce sans négliger la lumière introduite au capteur.

Le tout semble compliqué mais une fois qu’on maîtrise ces éléments, les résultats sont des plus plaisants. Je vous invite donc à continuer à lire mon blog et de ne pas vous gêner si vous avez des questions. Si vous aimez, SVP faire suivre sur la page du blog pour vous tenir à jour sur mes suivis.

Surtout n’oubliez pas, bonnes photos.

f/4, 1/1600sec, 180mm, iso 160


Trop de lumière

IMG_7425 IMG_7421

Voici un problème qui nous arrive lorsqu’on fait de la photo de paysages : trouver l’équilibre parfait de lumière, ouverture et vitesse pour obtenir l’effet désiré. Quand on est dehors, le jour, non seulement Dame Nature influence nos photos mais aussi cette boule de feu qu’on appelle soleil.

Dans un de mes articles précédents, j’expliquais comment faire pour obtenir une photo dont seul le sujet a une mise au point claire et le fond est flou. On se doit d’utiliser une grande ouverture qui est représente par une valeur  focale petite soit aux alentours de f/4. Ceci implique que le capteur va recevoir beaucoup de lumière.

Un autre type d’effet est celui des courants d’eau qui ont une texture crémeuse. Pour ce faire, on doit utiliser une vitesse qui est lente qui va du ¼ de seconde allant jusqu’à du 3 secondes et plus. Dans cette situation, nous avons un problème de trop de lumière arrivant au capteur. Alors comment y parier.

La réponse réside dans l’utilisation d’un filtre à densité neutre. Cette solution est à la fois simple et complexe. Ces filtres viennent avec différentes densités. Personnellement, j’utilise un filtre à densité variable qui me permet de déterminer la noirceur que j’utiliserai. Ce que ces filtres font, c’est qu’ils truquent le capteur à croire qu’il y a effet moins de lumière que le réel et de procéder aux ajustements en conséquences.

Dans les exemples soumis, mon intention est de donner un effet lisse à l’eau qui s’écoule. Pour ce faire, j’utilise une vitesse de ¼ de seconde. L’exemple de droite est sans le filtre. On peut facilement voir que le capteur capote. À gauche,  j’introduis le filtre à une densité plus ou moins élevée et voilà, j’obtiens l’effet désiré avec l’équilibre nécessaire pour faire bien paraître ma photo.

Ce type de filtre n’est pas pour tout le monde. Il y des occasions spéciales pour utiliser un tel outil et ceci est pour compenser les lacunes que nous donnent certaines lentilles et appareils. La densité neutre du filtre n’a aucun effet visible sur les couleurs captées. L’utilisation de ce filtre est assez exceptionnelle. Avant de courir vous en procurer un, je vous suggère de faire l’acquisition d’un filtre polarisant. Ce type de filtre vous procurera des photos qui ont moins de reflets causés par le soleil et vous donnera un ciel d’un bleu frappant.

En attendant, je vous souhaite de BONNES PHOTOS…….


Fond d’écran de juin

juin2014

Toutes mes excuses pour le retard à rendre disponible mon fond d’écran pour le mois de juin. Je sais que vous êtes nombreux à vous en servir et je vous en suis reconnaissant. SVP continuez à partager avec vos amis et n’oubliez pas que je publie moi même mes photos et les encadrent au besoin avec ou sans passe-partout. Voyez mon site web à http://www.dbriyul.com.

Ce mois-ci je vous offre une scène du Lac Massawippi. Le bord de l’eau, les chaises, le soleil, tout pour nous rassurer que l’été est enfin à nos portes.

Merci encore de votre encouragement et surtout, bonnes photos……

Denis

Lac Massawippi, F25,1/50,iso100,16mm


Halloween, une occasion en or pour la photo

_MG_5559_60_61_tonemapped_MG_59391983-Octobre-Halloween0001

Quand on parle “d’occasions photos”, rien de mieux que l’Halloween pour exciter les pixels surtout si vous avez des enfants.

La plus belle occasion vient avec la décoration de la citrouille. Ici il ne faut pas seulement de se contenter de prendre la photo du produit fini. Le tout commence avec le magasinage de la citrouille. Faire un choix entre plusieurs, les formes, la disposition, les couleurs, la lumière, les ombres, le tout pour créer une atmosphère unique. Et que dire de l’enthousiasme des enfants.

Si les enfants vous aident à la décoration de cette citrouille, vous avez encore une fois une chance unique de faire des photos marquantes. De plus vous aurez le plaisir de partager le produit fini. Ici je vous suggère de placer une lumière ou chandelle à l’intérieur, d’éteindre les lumières, et de prendre des photos en utilisant votre trépied. Je suggère une ouverture d’environ f/5.6 et une vitesse de ½ à 1 seconde. Vous aurez à jouer avec la vitesse selon l’éclairage.

La journée même, ne vous contentez pas seulement de prendre les enfants debout dans le salon avec leurs costumes. La période où ils s’habillent, le maquillage et tous les préparatifs sont également des occasions uniques. Tentez de capturer la fébrilité du moment.

Lors de la sortie, vous aurez l’occasion de croiser plusieurs monstres et princesses. Étant donné la noirceur, un flash sera requis. Soyez discret et patient, les occasions viendront à vous. Amusez vous avec cette occasion et surtout……..

Bonnes photos.


Nostalgie…..

_MG_0724_tonemapped

De retour de vacances, je regardais les photos que j’ai prises, et me suis surpris sur la quantité que je qualifie comme étant « bonnes ». D’un autre côté, il faut admettre qu’avec le grand nombre de clichés que je me suis permis, il va de soi qu’il y en aura quelques-unes de « bonnes ». Comme je le dis souvent : « La beauté de la photographie digitale est que si on n’aime pas ce qu’on voit, on peut toujours faire « delete ».
C’est à ce moment que je deviens un peu nostalgique. On avait besoin d’une plus grande compréhension de notre équipement et comment s’en servir avant l’ère digitale. Imaginez un peu une carte mémoire qui ne peut contenir qu’un maximum de 36 poses. Imaginez maintenant que vous n’avez pas moyen de savoir si la mise au point de la photo que vous venez de prendre est juste. Si l’ouverture et la vitesse sont bonnes?
Maintenant imaginez que vous devez attendre trois à sept jours (24 heures si vous payez le gros prix) avant de pouvoir voir le résultat de vos prises. On n’avait pas vraiment le choix de bien comprendre la photographie afin d’éviter d’être trop souvent déçu. C’est à cela que j’attribue aujourd’hui la qualité des photos que je prends, sans oublier, naturellement, la fonction « delete »…….

Bonnes photos.


Décrocher de l’automatisme

_MG_0929

Ce n’est pas tout de sortir sa caméra et de prendre des photos, tout le monde le fait. Mais pourquoi les photos de l’un sont meilleures que l’autre? Plusieurs facteurs viennent influencer le résultat de notre image. Mais celui qui est le plus influent, c’est la lumière.
Quand vous êtes en mode automatique, la caméra fait tout pour vous. Tout d’abord, le détecteur de lumière de votre appareil va déterminer l’ouverture adéquate, la vitesse, la balance des blancs, l’ISO nécessaire et faire le focus pour vous. Tout ça avec le clic d’un bouton. Mais pourquoi votre photo ne sort pas comme vous la voulez?
Malgré toute la technologie que contient votre caméra, cette dernière est en réalité pas mal niaiseuse. Si j’ai un mur pâle en plein soleil ou de la neige, elle ne voit pas la différence. Votre fille qui saute à la corde, votre caméra ne voit pas le mouvement. Le focus s’est fait sur l’arbre derrière les enfants qui jouent et ceux-ci sont embrouillés.
Il existe des outils sur votre appareil qui vont vous permettre de parer aux lacunes de votre caméra en mode automatique. Les fonctions « AV », « TV », « M » (sur Canon) vous aideront à corriger ces différents problèmes. Je vais tenter dans les jours qui suivent de vous donner quelques leçons. L’idée est encore une fois de vous aider à décrocher de la mode automatique. Éventuellement, j’espère monter des ateliers pratiques où l’on pourra se rencontrer et élaborer plus longuement sur les différents aspects de la photographie.
Entre temps, bonnes photos.


En passant

Tout est dans la composition:

IMG_3457

Vous vous êtes procuré un nouvel appareil photo numérique. Vos photos sont « belles » mais n’ont pas le « punch » auquel vous vous attendiez. Surtout ne vous découragez pas.  Excusez-moi l’expression, mais il faut vraiment voir le « big picture ».

Votre appareil a des fonctions qui permettent de faire des ajustements qui donneront à vos photos une petite touche spéciale. Je promets dans les blogs qui suivront de vous faire des suggestions et de vous aider à comprendre certains aspects de votre appareil. Même en mode automatique, vous devriez avoir la sensation que votre photo se détache de l’ordinaire.

Si ce n’est pas le cas, trop souvent le problème se situe au niveau de la composition. J’en ai déjà parlé dans d’autres diffusions et je ne peux que réitérer que même si vous avez la meilleure caméra au monde, si la composition n’est pas bonne, votre photo sera toujours « bin ordinaire ».

Mais comment parier à cette lacune? L’expérience. Je fais de la photo depuis plus de quarante ans comme amateur et semi-professionnel. J’en ai pris des photos et il faut en prendre beaucoup. Mais on doit également les regarder. Trop de fois on a tendance, surtout dans cette aire digitale, de regarder la photo, de se dire qu’elle n’est pas bonne et de faire « delete ». Mais avant de l’effacer, prenez quelques secondes de plus et posez-vous la question : Pourquoi je n’aime pas cette photo et que je m’en débarrasse?

On apprend par nos erreurs et c’est cette expérience photographique qui améliorera notre qualité de photos. Lors de mon voyage au UK, j’ai pris plus de 7500 photos (merci le numérique). À mon retour, dans mon premier trie, le tiers des photos étaient déjà à la poubelle pour des erreurs techniques évidentes (hors champ, éclairage, sans bon sens,etc).  Mon compte final est d’environ 2500 mais j’ai pris le temps de regarder et de me demander si la photo que je regardais avait une plus-value à mon expérience de voyage et si elle valait la peine d’être partagée.

Suis d’accord avec vous. Le processus demande beaucoup de temps, mais c’est ce même processus qui vous permettras d’améliorer vos connaissances en photographie et qui vous incitera à explorer d’avantage les options qui vous sont offertes par votre appareil photo. La photo que je vous présente au début a été prise avec la Canon Shure Shot de mon épouse. Un bon appareil beau bon pas cher qui se dissimule bien dans une poche. Elle a été achetée plusieurs fois par le biais des agences avec qui je fais affaire. Pensez composition et après on travaillera sur la présentation. En attendant,

Bonnes photos.

Denis


« Le bracketting »

ImageLa plus part des caméras numériques vous offrent aujourd’hui l’option « bracket ». Cette option vous permet en somme de prendre trois photos du même sujet avec des réglages différent. Le résultat est que vous aurez une photo dont l’exposition sera normale et deux autres dont une sera surexposée et l’autre sous-exposée. On peut décider d’y aller à un, deux ou même trois crans de différence avec l’exposition normale.

 

Il y a plusieurs types de « bracketting » possible. Les plus courantes sont celles avec une ouverture (f stop) fixe qui influencera la vitesse de la prise de photo et l’autre est l’inverse où la vitesse reste constante et c’est l’ouverture qui variera. Pour ce faire vous aurez à aller dans les ajustements manuels de votre appareil.

 

Une fois les photos prises, vous pourrez alors déterminer laquelle vous plait le plus mais ça n’arrête pas là. Avec un logiciel de retouches, vous pouvez combiner les trois photos pour créer des effets spectaculaires et chercher des définitions dans vos photos que vous ne pourriez avoir autrement. Faites en l’essai.

 

Bonnes photos.