Partager une passion

Articles marqués “accessoires

bambi copy

Une belle rencontre lors de notre escapade au Parc du Mont St-Bruno ce matin. Plusieurs belles occasions de photos.

Celle-ci a subi quelques transformations artistiques. Une technique que je suis à développer. Je vous tiens au courant de cette nouvelle aventure photographique.

Bonnes photos,

Denis


Comprendre le triangle d’exposition d’une photo : une métaphore.

IMG_6902fb

Il existe trois éléments dans la prise de photo qui agissent directement sur le résultat. Ils sont en liens l’un avec l’autre et déterminent les facteurs qui influencent ce résultat. Ces éléments sont:

ISO qui est la mesure utilisée pour déterminer la sensibilité à la lumière du capteur de votre appareil. Ceux-ci commencent à 100 et sont doublés à chaque incrément (200-400-800-etc).

Ouverture qui est la mesure de l’iris utilisée par la lentille connue par la codification f suivi d’un chiffre. Plus le chiffre est petit, plus l’ouverture de l’iris est grande.

Vitesse qui détermine le temps que l’obturateur demeurera ouvert pour la prise de photo. Elle se mesure le plus souvent en fractions de seconde (1/2000-1/500 etc.) et exceptionnellement en secondes pleines.

C’est à l’intersection de ces trois éléments qu’est mesurée l’exposition par le capteur. L’important est de comprendre qu’en modifiant l’un ou l’autre de ces éléments, il y a une influence sur les autres éléments afin de conserver la balance dans le résultat photographique.

Ainsi à partir d’une photo prise, si je change l’ouverture de celle-ci j’aurai à modifier un des autres éléments pour obtenir le même résultat. Mais le tout s’explique via la métaphore suivante :

Imaginez une fenêtre avec des persiennes qui s’ouvrent et qui se ferment. C’est votre appareil.

La fenêtre c’est l’ouverture. Plus la fenêtre est grande, plus elle laisse passer  la lumière et plus la pièce est éclairée.

Les persiennes représentent la vitesse. Plus vous les laisser ouvertes, plus la lumière entre dans la pièce.

Imaginez maintenant que vous êtes au milieu de cette pièce  que vous portez des lunettes fumées. Vos yeux sont désensibilisés à l’intensité de la lumière. C’est un peu comme si vous aviez un iso très bas.

Plusieurs façons existent maintenant pour donner l’impression qu’il y a plus de lumière dans la pièce. On peut garder les persiennes ouvertes plus longtemps (réduire la vitesse), avoir une fenêtre plus grande (augmenter l’ouverture) ou enlever les lunettes (augmenter la valeur iso).

ISO qui est la mesure utilisée pour déterminer la sensibilité à la lumière du capteur de votre appareil. Ceux-ci commencent à 100 et sont doublés à chaque incrément (200-400-800-etc).

Ouverture qui est la mesure de l’iris utilisée par la lentille connue par la codification f suivi d’un chiffre. Plus le chiffre est petit, plus l’ouverture de l’iris est grande.

Vitesse qui détermine le temps que l’obturateur demeurera ouvert pour la prise de photo. Elle se mesure le plus souvent en fractions de seconde (1/2000-1/500 etc.) et exceptionnellement en secondes pleines.

C’est à l’intersection de ces trois éléments qu’est mesurée l’exposition par le capteur. L’important est de comprendre qu’en modifiant l’un ou l’autre de ces éléments, il y a une influence sur les autres éléments afin de conserver la balance dans le résultat photographique.

Ainsi à partir d’une photo prise, si je change l’ouverture de celle-ci j’aurai à modifier un des autres éléments pour obtenir le même résultat. Mais le tout s’explique via la métaphore suivante :

Imaginez une fenêtre avec des persiennes qui s’ouvrent et qui se ferment. C’est votre appareil.

La fenêtre c’est l’ouverture. Plus la fenêtre est grande, plus elle laisse passer  la lumière et plus la pièce est éclairée.

Les persiennes représentent la vitesse. Plus vous les laisser ouvertes, plus la lumière entre dans la pièce.

Imaginez maintenant que vous êtes au milieu de cette pièce  que vous portez des lunettes fumées. Vos yeux sont désensibilisés à l’intensité de la lumière. C’est un peu comme si vous aviez un iso très bas.

Plusieurs façons existent maintenant pour donner l’impression qu’il y a plus de lumière dans la pièce. On peut garder les persiennes ouvertes plus longtemps (réduire la vitesse), avoir une fenêtre plus grande (augmenter l’ouverture) ou enlever les lunettes (augmenter la valeur ISO).


Fond d’écran pour août

Août2015d IMG_1503_tonemapped

Excusez encore le retard. Trop de choses en même temps.

Pour ce mois-ci, je vous offre un fond d’écran que j’ai pris lors de l’évènement des montgolfières de St-Jean sur le Richelieu. J’en profite pour réitérer mon offre de vous joindre à moi le 12 août prochain au campus de la base militaire de St-Jean pour une séance de photos qui je vous jure sera haute en couleurs.

Je serai présent à l’envolée matinale soit à 6hrs. Profitez-en pour venir apprendre des trucs et pour les utilisateurs de Canon, faire l’essai de « Bertha » ma lentille zoom de 150-500mm. L’évènement est une belle occasion pour échanger et comprendre mieux son appareil photo. La beauté de tout ça, c’est que c’est gratuit.

Espérant vous y voir et surtout n’oubliez pas,

Bonnes photos.

Ballon sur fond bleu : f5.6 – 1/750sec. – iso200 – 55mm

Évènement photo : 12 août 2015 à 6hrs – 25 ballons

Collège militaire royal de Saint-Jean (terrain de football)

15, rue Jacques-Cartier Nord Saint-Jean-sur-Richelieu, Qc J3B 8R8


Portrait et bénévolat

C’est en compagnie de quelques confrères du Casino de Montréal que nous nous sommes rendus le samedi 13 décembre chez Dianova à Terrebonne, dans le but d’aider des gens qui tentent de réintégrer la société en leurs offrants la possibilité de rehausser leur estime de soi.

Le tout s’est fait par le biais de la photographie. Près d’une trentaine de gens ont pu faire prendre leur photo avec une qualité « professionnelle ». Mais ça ne s’arrêtait pas là. Ces portraits furent imprimés sur place avec du matériel de qualité en format 8X10 et chacun des résidents a reçu une photo encadrée et une autre pour donner.

L’idée m’est venue quand j’ai eu vent d’un événement annuel qui s’appelle « Help-Portrait ». Ce que j’aimais du concept c’était le thème de celui-ci qui se traduisait « On ne veut pas prendre votre portrait, on veut vous le donner ». C’est ainsi que cette année, dans plus de 25 pays, des centaines de photographes professionnels et amateurs, 8749 bénévoles ont remis 38 916 portraits pour l’événement 2014.

Notre événement était petit comparativement à d’autres, mais l’impact sur les résidents était immense et au-delà de nos attentes. Jamais je n’aurais pensé qu’un simple portrait pourrait changer l’attitude et la perception de tant de personnes.

Les histoires que nous avons entendues sont toutes très émouvantes. Un jeune qui a vécu dans la rue depuis maintenant plus de quinze ans a décidé de se prendre en main et obtient l’aide des intervenants de chez Dianova. Il voulait savoir s’il pouvait avoir une photo supplémentaire pour en remettre à ses parents et leur montrer qu’il avait changé. On lui en a donné 6-7…

Une dame qui a perdu toutes ses dents après des années d’abus de drogues et d’alcool me met au défi, car elle se dit laide et que je ne pourrai jamais prendre une bonne photo d’elle. Quand on lui a remis sa photo encadrée, elle avait peine à se reconnaître et avec les yeux pleins d’eau, nous dit merci.

Le monsieur plus âgé qui a tout perdu et qui tente de se reprendre en main. Les intervenants nous disent qu’il ne sourit plus. Nous avons une photo de lui qui rit. Un autre nous explique qu’il ne se souvient pas de la dernière fois qu’il a reçu un cadeau de Noël.

Cet événement a permis plusieurs choses. Peu importe la nature de nos talents, ils peuvent toujours profiter à quelqu’un en besoin. Parfois, il ne s’agit que de se donner le coup de pied nécessaire pour le faire. La nature de notre société fait qu’on aura toujours besoin de bénévoles pour faire des actions bénéfiques.

Que ce soit pour préparer et servir des repas, aider dans un centre d’accueil, aider dans un événement particulier et comme moi, prendre des photos, il aura toujours des occasions d’offrir nos talents et services et je vous invite à le faire.

J’ai utilisé mes talents de photographe à plusieurs occasions comme bénévole, ces occasions ont été à la fois bénéfiques pour les différentes organisations et pour moi dans mon développement. Je veux prendre cette occasion pour remercier les gens qui m’ont aidé lors de ma dernière aventure soit : Stéphane Vaillancourt, Stéphane Robertson et Alain Foisy, des collègues de travail, ainsi que mon fils David. Sans eux, mon projet n’aurait pas été possible.

Merci à tous ceux et celles qui prennent le temps de lire ce blogue, joyeuses Fêtes et surtout bonnes photos…

003-IMG_7438 039-IMG_7484 100-IMG_7549 134-IMG_7587 177-IMG_7630 194-IMG_7647 195-IMG_7648 197-IMG_7650 198-IMG_7651 032-IMG_7476 030-IMG_7474


Fond d’écran pour novembre.

novembre copy

Je vous présente ce mois-ci un fond d’écran « en feu ». Je devais me presenter pour une rencontre au Casino et j’étais un peu tôt. Ayant, plus souvent que pas, ma camera avec moi, j’ai profité de l’éclairage de fin de journée pour créer la photo que j’ai choisi pour ce fond d’écran.

Le reflet sur les surfaces qui bordent le pavillon du Québec ont permis de donner cet effet de flames. En fait, c’est un mélange de reflet des nuages avec le soleil couchant. Comme on dit souvent, être au bon endroit au bon moment.

Pavillon du Québec en feu: f11 – 1/1000 sec. – iso200 – 70mm.

Merci de partager et surtout, bonnes photos.

Denis.


Trop de lumière

IMG_7425 IMG_7421

Voici un problème qui nous arrive lorsqu’on fait de la photo de paysages : trouver l’équilibre parfait de lumière, ouverture et vitesse pour obtenir l’effet désiré. Quand on est dehors, le jour, non seulement Dame Nature influence nos photos mais aussi cette boule de feu qu’on appelle soleil.

Dans un de mes articles précédents, j’expliquais comment faire pour obtenir une photo dont seul le sujet a une mise au point claire et le fond est flou. On se doit d’utiliser une grande ouverture qui est représente par une valeur  focale petite soit aux alentours de f/4. Ceci implique que le capteur va recevoir beaucoup de lumière.

Un autre type d’effet est celui des courants d’eau qui ont une texture crémeuse. Pour ce faire, on doit utiliser une vitesse qui est lente qui va du ¼ de seconde allant jusqu’à du 3 secondes et plus. Dans cette situation, nous avons un problème de trop de lumière arrivant au capteur. Alors comment y parier.

La réponse réside dans l’utilisation d’un filtre à densité neutre. Cette solution est à la fois simple et complexe. Ces filtres viennent avec différentes densités. Personnellement, j’utilise un filtre à densité variable qui me permet de déterminer la noirceur que j’utiliserai. Ce que ces filtres font, c’est qu’ils truquent le capteur à croire qu’il y a effet moins de lumière que le réel et de procéder aux ajustements en conséquences.

Dans les exemples soumis, mon intention est de donner un effet lisse à l’eau qui s’écoule. Pour ce faire, j’utilise une vitesse de ¼ de seconde. L’exemple de droite est sans le filtre. On peut facilement voir que le capteur capote. À gauche,  j’introduis le filtre à une densité plus ou moins élevée et voilà, j’obtiens l’effet désiré avec l’équilibre nécessaire pour faire bien paraître ma photo.

Ce type de filtre n’est pas pour tout le monde. Il y des occasions spéciales pour utiliser un tel outil et ceci est pour compenser les lacunes que nous donnent certaines lentilles et appareils. La densité neutre du filtre n’a aucun effet visible sur les couleurs captées. L’utilisation de ce filtre est assez exceptionnelle. Avant de courir vous en procurer un, je vous suggère de faire l’acquisition d’un filtre polarisant. Ce type de filtre vous procurera des photos qui ont moins de reflets causés par le soleil et vous donnera un ciel d’un bleu frappant.

En attendant, je vous souhaite de BONNES PHOTOS…….


Photos paysages

Libby 370_1_2hdr

J’aime beaucoup faire de la photo de paysages. L’an passé, c’était la région de Coaticook que j’ai exploré. Cette année, nous avons emménagé dans la région d’Eastman. J’explore donc la région ouest du Lac Memphrémagog.

Ce j’aime faire, c’est de sauter dans ma voiture et à l’aide de mon GPS, suivre les chemins moins fréquentés. Je réussis ainsi à trouver des points de vue assez exceptionnels. Je découvre également des sentiers qui m’emmènent souvent dans des endroits des plus pittoresques. C’était le cas pour le ‘sentier du Pont Couvert’ dans la région de Potton.

Malgré que traine avec moi tout mon arsenal, dernièrement je limite un peu ce que je trimbale en forêt. C’est derniers temps je me sers surtout de ma lentille Canon EFS18-200. La versatilité que me donne cet objectif est assez incroyable. Le 18mm me donne la vue d’ensemble nécessaire pour un grand angle et jusqu’au 200mm qui me permet de m’approcher lors des situations plus difficiles.

De plus, cette lentille prendra de la macro à .45mètres (1.5 pieds) ce qui donne des rapprochés très intéressants. Je travaille presque toujours avec mon trépied ceci me donne une stabilité supplémentaire pour assurer la qualité de mes photos. J’ajoute à cela mon déclencheur à distance et voilà le tour est joué.

Cette année j’ai un incitatif supplémentaire pour mes explorations. La MRC de Memphrémagog a un concours qu’elle appelle ‘Typiquement Memphrémagog’ et qui est ouvert à tous. Il s’agit de mettre en valeur des paysages culturels de la région. Un paysage sur lequel l’humain a laissé une trace qui témoigne de son passage. J’ai pris déjà plein de bonnes photos……

Le concours est ouvert jusqu’au 15 août alors si vous êtes dans la région, n’oubliez pas de prendre des photos qui respectent le thème. Le public aura jusqu’au 29 août pour voter et je ne manquerai pas de vous laisser savoir quand j’aurai affiché mes photos.

En attendant, profitez du beau temps pour explorer vos régions respectives et surtout,

Bonnes Photos.

 

Pont couvert à Potton

f6,7  18mm  iso200   1/125sec

 

D’autres photos à http://www.dbriyul.com

 


Fond d’écran de juin

juin2014

Toutes mes excuses pour le retard à rendre disponible mon fond d’écran pour le mois de juin. Je sais que vous êtes nombreux à vous en servir et je vous en suis reconnaissant. SVP continuez à partager avec vos amis et n’oubliez pas que je publie moi même mes photos et les encadrent au besoin avec ou sans passe-partout. Voyez mon site web à http://www.dbriyul.com.

Ce mois-ci je vous offre une scène du Lac Massawippi. Le bord de l’eau, les chaises, le soleil, tout pour nous rassurer que l’été est enfin à nos portes.

Merci encore de votre encouragement et surtout, bonnes photos……

Denis

Lac Massawippi, F25,1/50,iso100,16mm


Bonne Fête des Mères

Untitled-3-1_1

À l’occasion de la Fête des Mères j’offre un petit cadeau à partager avec vos enfants.

Voilà maintenant un an que la mienne nous a quitté. Elle a consacrée sa vie à aider les enfants avec des problèmes d’apprentissages. Un des outils qu’elle se servait, était de faire colorier des images. À sa mémoire, j’ai fabriqué ce petit bouquin que vous pourrez télécharger et partager avec vos jeunes.

En cliquant le lien ci-bas (Fête des Mères copy), vous obtiendrez une version PDF. Vous devrez passer par le blogue pour y accéder et j’apprécierais vos commentaires sur les résultats obtenus.

Rien n’est plus enrichissant que de pouvoir partager la créativité de nos enfants…

Bonne Fête des Mères.

Fête des Mères copy


«Coaching» photo

IMG_6141bwr water

Vous regardez une photo dans un magazine et vous vous dites wow, c’est vraiment une bonne photo. Vous regardez la vôtre et vous dites ouin, pas pire…..Pourtant à bien y penser, les deux « photographes » ont simplement cliqué leurs appareils pour obtenir leurs photos. Alors pourquoi tant de différences?

Il n’y a pas de réponse simple à cette question. Mis à part les logiciels de retouches, il est évident que les habiletés de l’un et l’autre sont très différents. Mais comment faire pour arriver à des résultats plus que satisfaisants.

En premier lieu, il est important de bien comprendre les éléments de base de la photographie : lumière, profondeur de champs, vitesse pour ne donner que quelques exemples. En deuxième, il  faut de bien comprendre comment utiliser votre appareil. Les petits dessins sur la roulette qui se trouve sur le dessus de votre caméra ne sont pas là pour le décorer.

Vient ensuite les habiletés de photographe. Il s’agit de s’exercer à « voir » comme un photographe. La composition, les angles, d’où vient la lumière, le sujet etc. On veut bien prendre des photos mais il faut quand même avoir une idée de ce qu’en sera le résultat. Et si ce résultat n’est pas satisfaisant, il est nécessaire de comprendre quoi faire pour le corriger.

Finalement, comme dans toute bonne chose, rien ne bat la pratique. Prenez en des photos, essayez et expérimentez avec différentes options. Regardez vos tests et essayez de comprendre ce qui marche et ce qui ne marche pas dans chacune d’elles. C’est la beauté du digital. Quand j’ai fini, je «delete» tout ce qui n’est pas satisfaisant.

Mais rien ne vaut plus que l’expérience de pouvoir apprendre avec un «coach». C’est pourquoi j’ai décidé d’unir mes quarante ans de passion pour cet art avec mon expertise de formateur et de mentor pour offrir des séances privées d’apprentissages adaptés à vos besoins. Que ce soit pour apprendre les principes fondamentaux de la photographie ou parce que vous avez décidé que vous en aviez assez de toujours prendre vos photos en mode «automatique», j’ai la solution pour vous.

Je ne fais pas carrière en photographie. Je suis un passionné qui veut partager son expertise. Les frais sont raisonnables et associés à vos besoins. Si le tout vous intéresse ou si vous désirez d’autres renseignements, je vous invite à m’écrire à dbriyul@hotmail.com . Vous serez agréablement surpris de voir ce qu’un peu de «coaching» peut faire pour changer votre appréciation de cette forme d’art.

Je profite aussi de l’occasion pour vous souhaiter de Joyeuses Fêtes,

Et surtout, bonnes photos…….